ERRATUM, mot magique en emailing ?

ERRATUM, mot magique en emailing ?

On dit que l'erreur est humaine, il arrive à tout le monde de faire une faute de frappe ou d'avoir un oubli. Mais bien que dans le web, il est facile de modifier un contenu publié précédemment ; en emailing, lorsque la campagne a été envoyée, l'erreur ne peut plus se corriger.

Des fautes qui peuvent coûter cher ?

Cependant, il arrive que des erreurs puissent avoir une incidence grave sur vos ventes et votre entreprise.
L'information sur une erreur de prix importante (sur le web), peut très vite circuler et les internautes se ruer sur votre boutique en ligne.

Attention alors au nombre de visites simultanées qui risque d’exploser, aux requêtes menées sur votre site, et à votre serveur qui peut, s'il n'est pas suffisamment armé, « tomber en rade » ! Il suffit que cela arrive à une mauvaise période (Black Friday, publicité TV en cours, offres de fin d’année) et c’est la catastrophe.

Sans aller jusqu'au site qui plante, voici un exemple très médiatisé d'erreur de prix :
Pour le black friday 2017, l'enseigne Leclerc proposait une PlayStation 4 à 29,90€ au lieu des 400€ habituels. Bien évidemment, les ventes ont explosé !
Mais il s'agissait en réalité d'une erreur d'étiquetage informatique du prix. Les commandes n'ont pas été honorées et les clients ont bénéficié d'un geste commercial.
En savoir plus sur le cas Leclerc

Faute avouée, à moitié pardonnée ?

On ne saurait vous dire si ce dicton fonctionne à chaque fois mais une chose est sûre, les gens apprécient qu'on reconnaisse ses erreurs ! Parfois cela crée même de l’empathie ; on admet être imparfait, on désacralise un instant la marque et on montre qu’il y a des humains derrière.

Autre constat, et pas des moindres : l’erreur intéresse. Il est prouvé qu’un emailing ERRATUM génère de meilleurs résulats que l’emailing avec l’erreur. Les destinataires sont curieux lorsqu’ils reçoivent un erratum et sont plus enclin à l’ouvrir.

Exemples de campagnes ERRATUM

Conclusion

L'utilisation du terme ERRATUM dans l'objet permet d'inciter à l'ouverture de votre message. Néanmoins, ce n'est pas pour autant que votre message sera davantage cliqué. Il vous faut soigner la cohérence de la campagne dans son ensemble. Employer un mot magique dans l'objet sans avoir un contenu en lien, cela n'apportera rien et les gens se désintéresseront.
Bien entendu, faire volontairement des erreurs pour créer des ERRATUMS n'est pas une stratégie. Vous vous exposez au bad buzz à tout moment.
Découvrir des objets qui boosteront l'ouverture de vos emails.

Enfin, attention aux aspects négatifs liés à votre erreur. En mettant en avant une faute de votre part cela peut entrainer une perte de confiance ou de crédibilité de vos clients. Bien entendu, c'est une équation type d'erreur / secteur d'activité. Il est donc important d'évaluer la situation. L'erreur vaut-elle la peine qu'on la signale ?

Pour terminer, il faut faire un bilan de votre opération. Une erreur peut servir si on en tire les leçons. Ainsi, il est essentiel de se poser et de réfléchir à l'incident. Voici quelques pistes de questions : quelle est la cause de l'erreur ? est-ce un problème de timing ? de logiciel ? une erreur humaine ? un manque de formation ? etc... A la suite, vous pourrez prendre les mesures nécessaires pour éviter que l'incident se reproduise.