10 conseils pour réussir son pitch

10 conseils pour réussir son pitch
Comment convaincre son supérieur de valider son projet, ou un client de signer son contrat ? Que vous soyez consultant, commercial ou entrepreneur, vous devez maîtriser l'art du pitch. En effet, un pitch de qualité est un outil inestimable pour tout professionnel. Il est un moyen de convaincre de la pertinence de votre projet, de vous ouvrir des portes et de concrétiser des opportunités. Il ne s’agit pas de détailler votre projet, mais de donner envie d’en savoir plus à son sujet : le pitch se doit d’être percutant pour créer un impact fort sur vos interlocuteurs ! Alors, qu’est-ce qu’un bon pitch et comment le construire ? Voici nos 10 conseils pour le réussir !

Pitch ou speech ?

Ne confondez pas pitch et speech : le terme « speech » désigne en anglais un discours rapide de manière générale alors que le pitch est une forme particulière de discours. Il a une visée commerciale. Il faut donc le construire de manière à pouvoir atteindre la finalité voulue : vendre son service, sa solution.

Nos 10 conseils pour réussir votre pitch !

1- Dénoncer un problème et apporter une solution : trouver le coeur de son pitch

Pour avoir du sens, vous devez évoquer un problème posé par les besoins du consommateur, ainsi que la solution que votre entreprise va lui apporter. Si vous ne parlez que des solutions, votre interlocuteur se transposera plus difficilement à la place de votre client. Il se demandera à quoi elles servent et ne sera pas forcément convaincu. Énoncez clairement votre solution et en quoi elle consiste.

2- Bien préparer son pitch : étudier la situation et se préparer en amont

Un bon pitch demande une bonne préparation. Celui-ci doit répondre à cinq questions : « Qui ? Quoi ? Comment ? Quand ? Pour qui ? » Parlez de votre cible, de vos produits, de l’aide dont vous avez besoin, tout en faisant des phrases courtes et compréhensibles. N’utilisez pas vos notes durant votre prestation qui doit demeurer naturelle et dégager de l'assurance et du professionnalisme. Agrémenter votre pitch de données peut être une bonne idée si elles sont révélatrices.

Pour bien préparer votre pitch, voici quelques questions auxquelles vous pouvez répondre :
    • À qui s’adresse le pitch ?
    • Qu’essayez-vous de vendre à votre interlocuteur ?
    • Quel est l’objectif de votre pitch ?
    • Qu’espérez-vous de cette rencontre ?

3- Bien choisir ses mots

Chaque mot doit être choisi avec soin puisque le temps ne laisse pas place à l’improvisation. Vos mots doivent être le plus pertinent possible pour éviter de perdre du temps, car vous n'avez que quelques minutes ! Pensez à écrire votre discours pour choisir la formulation la plus percutante et efficace. En écrivant votre discours, cela vous permettra de bien synthétiser et donc de peser vos mots.

4- Créer une accroche percutante

Pourquoi ne pas commencer votre pitch de façon différente ? Racontez votre histoire personnelle pour montrer comment vous avez compris le besoin des consommateurs peut se révéler percutant pour votre interlocuteur. Partez d’un cas précis, une expérience que vous avez vécue pour emmener l’auditoire avec vous. L’idée d’une métaphore ou d’un exemple peut s'avérer tout aussi efficace. Vous pouvez également utiliser l’actualité pour faire votre phrase d’accroche et ainsi éviter d'ennuyer votre auditeur, si vous avez une bonne narration.

5- Travailler vos gestes : votre corps parle pour vous

Lorsque vous avez fini de rédiger votre pitch, ce n'est pas tout ! Votre attitude non verbale, votre voix et le ton que vous utilisez doivent appuyer votre message et faire adhérer l’auditoire. Votre gestuelle compte autant que votre discours. Pensez à utiliser des grands gestes lorsque vous voulez appuyer sur vos mots. Soyez souriant pour inspirer confiance en votre projet et montrer votre dynamisme, enthousiasme et motivation à vos interlocuteurs. Ne croisez pas les bras et tenez-vous droit, balayez un maximum le public du regard. Plus vous créerez du lien, plus votre message sera susceptible de passer.

6- Le support visuel : le pitch deck

Le « pitch deck » (on parle aussi parfois de « pitch book ») désigne le support de 10 à 20 slides préparé pour présenter votre projet ou votre sujet. Il est généralement conseillé que le pitch deck fasse une quinzaine de slides. Au-delà de 20 slides, cela peut paraître long. Toutefois, ce ne sont que des recommandations et des adaptations sont toujours possibles en fonction de votre sujet et du public auquel votre pitch est destiné.
Vous pouvez, par exemple, estimer qu’il est nécessaire que votre pitch deck fasse 22 slides ou que, à l’inverse, 9 à 10 slides sont suffisantes.

Le visuel doit être très soigné. Le PowerPoint reste un outil classique, d'autres logiciels existent pour concevoir un bon pitch deck. Certains de ces logiciels permettent même d’accéder aux templates de pitchs decks d’entreprises devenues célèbres comme ceux d’Airbnb ou Uber.

Haiku Deck: Presentation Software and Online Presentation Tools
Pitch Deck Conception | Logiciel de présentation : Slidebean AI

Si le produit ou le service s’y prête, n’hésitez pas à inclure dans votre pitch deck une courte démonstration vidéo. Vous pouvez aussi y faire figurer des témoignages de clients satisfaits.

Enfin, n’oubliez pas d’adapter le visuel en fonction de la façon dont le pitch sera communiqué. Si vous allez présenter votre pitch en face à face, ne mettez que très peu de texte (c’est-à dire quelques formules essentielles, phrases marquantes, chiffres clés). Il faut que cela soit digeste pour votre auditoire. Si vous allez seulement envoyer votre pitch deck par mail, y faire figurer un peu plus d’explications permettra de le rendre plus compréhensible. Dans les deux cas, synthétisez votre pensée car les présentations avec des paragraphes de texte ne sont jamais recommandées.

7- S’adapter à la cible : adaptez votre pitch à votre interlocuteur

Effectuer quelques adaptations en fonction du public que vous avez devant vous. Vous ne présenterez pas votre projet de la même façon à un banquier, à un client ou à un futur partenaire. Le banquier sera plus attentif à la rentabilité, le client voudra en savoir plus sur les produits et services et le futur partenaire voudra connaître votre vision et votre passion. C’est pourquoi, il faut garder en tête de rester flexible dans son discours. Si vous vous êtes bien préparé, vous pourrez prévoir les points indispensables suivant le public ciblé.

8- Montrer qui vous êtes

Une erreur assez fréquente réalisée consiste à ne pas insister assez sur certains points comme le nom de votre entreprise. N’hésitez pas à le répéter plusieurs fois lors du pitch. Vous pouvez également citer votre slogan afin de faciliter la mémorisation.

9- Faire évoluer votre pitch au fil du temps

Votre entreprise change et évolue. Votre pitch doit suivre la cadence en fonction des remarques et des questions que vous aurez obtenues. Ne changez pas toute la forme, mais modifiez certains détails qui le rendront meilleur.

10- L'après-pitch

N'hésitez pas à poser des questions, demandez des conseils et des cartes de visite. Si votre projet n'a pas séduit, rien n'est perdu ! Prenez bien en compte les remarques soulevées après votre pitch et servez-vous en pour améliorer votre projet et/ou votre présentation. Rien ne vous empêche de retenter, au contraire, servez-vous de cette expérience pour rebondir.

S’il y a des questions à la suite de votre pitch, c’est plutôt bon signe. Mieux vaut s’y préparer pour terminer en beauté ! Cela exige que vous maîtrisiez votre sujet. Préparez-vous à cet exercice avant le jour J. Et si vous ne savez pas répondre, n’inventez pas. Vous lancez un nouveau projet, c’est normal que vous n’ayez pas encore toutes les réponses.

Nos derniers articles