Pourquoi investir encore dans un Flipbook ?

Pourquoi investir encore dans un Flipbook ?

Le Flipbook a été à la mode dans les années 2000. Chaque grand cataloguiste avait une version interactive de son catalogue papier. On pouvait le feuilleter en ligne, faire des recherches fulltext, zoomer, imprimer les pages qu’on voulait. A l’heure où les supports papier disparaissent et où le PDF s’est démocratisé, est-il encore utile de générer des catalogues interactifs ?

Historique

L’idée géniale du catalogue interactif était de récupérer les PDF d’impression pour les générer. Pas de frais de création, juste des frais d’adaptation d’environ 5€ la page. On réutilisait ce qui existait déjà. Le B2B a suivi avec les catalogues des grands fournituristes de bureau de industriel. Les PME ont suivi le mouvement en virtualisant leurs brochures. Une offre s’est développée allant du gratuit au VIP en passant par le low-cost.
Avec la suppression des catalogues papiers, on s’est retrouvé sans PDF à travailler.
Avec l’arrivée de l’ADSL, on pouvait télécharger de gros fichiers PDF directement.
Pourquoi continuer encore à faire des catalogues virtuels qui imitaient le feuilletage des catalogues papiers disparu ?

Les inconvénients du catalogue interactif

Coût : évidemment, il coûte plus cher à créer qu’un simple PDF mis en ligne. Des versions gratuites existent comme Issuu ou Calameo mais imposent de la publicité et des serveurs peu rapides.
Ringard : très marqué année 2000, il peut faire un peu vieillot dans sa version simple. On aime le bruit du papier froissé entre chaque page.
Lent : mal hébergé ou sur des solutions low-costs, il peut être lent à manipuler.
Référencement : rarement hébergé sur le site de l’annonceur, il ne participe pas au référencement de son site.
Flash-friendly : les catalogues interactifs qui utilisent le plug-in flash provoquent des messages d’erreur ou ne s’affichent pas.

Les avantages du catalogue interactif

Rapide : il évite de télécharger des PDF très lourds et on accède directement à la bonne page sans télécharger tout le contenu.
Esthétique : il permet des effets d’ombre, de relief, de zooms très esthétiques avec des effets graphiques type Mac.
Léger : hébergé sur des plateformes extérieures, il soulage le serveur en évitant d’y stocker des fichiers volumineux.
Ergonomique : sa console de navigation permet de zoomer, imprimer, naviguer dans les chapitres.
Marchand : certains modèles de catalogues interactifs disposent d’un panier qu’on peut plugger au CMS.
Social: on peut avec option publier le contenu d’une page sur les réseaux sociaux.
Riche : on peut y intégrer des vidéos, des diaporamas, etc.

Conclusion

Loin d’être dépassé, le catalogue interactif est un catalogue « augmenté », on peut y adjoindre du contenu complémentaire, des moyens de paiements, des fonctionnalités très ludiques et le tout adapté aux mobiles. Son coût reste abordable pour un résultat souvent bluffant.
Evidemment, si le seul document que vous avez à publier sur votre site est un livre blanc de 8 pages qui pèse moins d’un méga, préférez lui un simple PDF. Les navigateurs ont si bien intégré nativement les PDF dans leurs interfaces qu’ils semblent en faire partie. N’oubliez pas de l’enregistrer en « vrai texte » pour qu’il participe au contenu de votre site.

Nos derniers articles