La relation entre vente physique et e-commerce

La relation entre vente physique et e-commerce

Introduction

La crise sanitaire que nous traversons perturbe notre économie et touche une grande majorité des secteurs d’activités dont celui de la restauration.
En effet, le marché de la restauration hors domicile affiche des pertes de 35 % en visites et 37 % en dépenses sur les huit premiers mois de l’année, en comparaison à l'année 2019 indique le panel NPD.

Les comportements d’achat ont progressivement changé. Les français ont dû s'adapter à de nouvelles méthodes de consommation. Le confinement de 2020 a créé une méfiance chez les consommateurs, inquiets de se rendre dans les magasins et de risquer d’être contaminés. Dès lors, le digital a pris une place importante, en voici quelques exemples.

Le Drive et le Click and Collect

Le principe du Click & Collect existe depuis plusieurs années mais n’était que très peu utilisé jusqu’à présent. Les commerces ont déployé leur système de drive et de Click & Collect pour répondre aux préoccupations des clients en matière de santé lors de leurs achats en magasin.

Le Drive assure la sécurité et l’emploi des employés, tout en répondant à la demande des clients qui peuvent retirer leurs courses sans même devoir sortir du véhicule. Cora, par exemple, a déjà mis en place ce système. Un autre exemple est celui de Chronodrive, qui s’est spécialisé dans le Drive depuis plusieurs années maintenant.

Le Click and Collect est un mixte entre l’expérience digitale et l’expérience physique. Même si l’achat se fait en ligne, la réalisation est quant à elle hors ligne. Il ne s’agit donc pas totalement de commerce en ligne car le fait d’aller chercher le produit en magasin sur un créneau horaire précis est un élément essentiel de la transaction.
Le retrait du produit le jour même, additionné à la facilité d’un achat en ligne et combiné à la possibilité de le retourner localement, rend le Click & Collect de plus en plus populaire auprès des consommateurs.

Avec le contexte sanitaire de l'année 2020, ces deux modes d'achat permettent de limiter les contacts et la durée de présence en magasin.

Self-Scanning /Self-Checkout et QR code

Certains commerces ont développé le Self-Scanning et le Self-Checkout qui permettent aux consommateurs de scanner puis payer leurs propres produits à l’aide d’un téléphone. Dans le secteur de la restauration, la grande majorité des menus papier ont été remplacés par leur version digitale, à consulter via un QR code.

Conclusion

Le coronavirus a modifié nos manières de consommer. Plus de douze mille commerçants français ont dû déposer le bilan, et ce chiffre ne cesse d’augmenter de jour en jour. L’idée que la majorité des commerçants physiques sont condamnés et que le commerce en ligne prend le dessus revient malheureusement souvent en 2020. La part de boutiques e-commerce en France serait passée de 5,7% en 2019 à 9,5% pendant le confinement.
Voir l'article sur l'e-commerce en 2020.
Cependant, s'il est vrai que beaucoup de commerces se retrouvent dans l’obligation de fermer, on se rend compte que les boutiques physiques restent essentielles pour l’expérience du consommateur : voir, toucher, sentir ou encore essayer les articles.
La difficulté réside alors dans le fait d'être visibles sur la toile, ne serait-ce que pour donner envie aux gens de se déplacer en point de vente
Face aux géants du web, quelles sont les chances pour votre commerçant indépendant d'apparaitre en haut des résultats de recherche Google ? En réalité, elles sont très faibles ! C'est pourquoi il devra redoubler d'effort de communication dans sa zone de chalandise : affichage en vitrine, publicité locale, réseaux sociaux et publicités très ciblées.

Nos derniers articles